A Quelque chose malheur est bon

Si éprouvants, désespérants pour la victime que soient les mensonges des chirurgiens puis ceux des experts judiciaires pour couvrir les fautes des premiers… le caractère scandaleusement malhonnête de nombre d’expertises judiciaires pour fautes médicales finit par jouer en leur défaveur – par rapport à mon cas particulier, j’espère, et, dans l’absolue, par rapport à tous les procès pour fautes médicales et à toutes les expertises judiciaires bidon.

Tout énième simulacre d’expertise judiciaire, toute énième malhonnêteté foncière de la part des chirurgiens et experts, s’ajoute aux précédents et aide, insensiblement, mais sûrement, à changer les choses.

Plus jamais, j’espère, on ne considèrera les dires des chirurgiens ou ceux des experts comme parole d’évangile ;

Plus jamais, j’espère, on ne rencontrera d’experts arrogants à en donner la nausée, dont le but et le plaisir sadique de leur expertise musclée, sont d’insulter la victime et de lui apprendre sa douleur à s’imaginer qu’elle peut oser demander, voire, prétendre obtenir, justice, contre des médecins – dont un pote travaillant dans le même hôpital qu'eux, de surcroît ;

Plus jamais, j’espère, d’experts prêts à toutes les trahisons de leur conscience, de leur indépendance et de leur mission d’expert, pour que des confrères plus renommés qu’eux échappent à la responsabilité de leurs actes et à la justice, et les autorisent, pensent-ils, à jouer dans la cour des grands.

Le plus grand tort que ces experts judiciaires se sont fait, c’est, je crois, j’espère, auprès des juges – qui sont aussi les personnes qu’ils traitent le plus mal, en définitive : en faussant les données, non seulement ces experts trahissent la confiance que les juges placent en eux, mais, plus gravement, peut-être, ils sabotent le travail même des juges en les empêchant de rendre une justice juste, fondée sur la vérité des faits.

Ces experts se sont, également, gravement desservis aux yeux des autres experts judiciaires, les experts intègres, soucieux de faire un véritable travail d’expertise ; ainsi que de l'ensemble de la profession médicale, qui subit le discrédit général provoqué par le scandale de ces expertises judiciaires bidon, et qui a grand intérêt à ce que l’on sépare le bon grain de l’ivraie.

L’esprit de corps n’est pas supérieur, je veux croire, aux valeurs d’intégrité et de compétence dans son propre domaine ; à la satisfaction, précieuse, d’avoir bien fait son travail.

 « Bien mal acquis ne profite jamais », dit-on. J’espère que ce dicton se vérifiera pour tous les cas d’expertises judiciaires bidon qui ont coûté toutes leurs économies à certaines victimes, dont les frais à engager ont découragé d’autres victimes de chercher à obtenir justice et faire reconnaître leurs préjudices.

Certaines victimes ne sont jamais sorties du trou dans lequel elles étaient tombées à la suite des fautes médicales qui ont brisé leur vie et/ou des expertises judiciaires bidon qui leur ont dénié justice et réparation. J'ai moi-même failli y rester à plusieurs reprises.
Mais pas plus que je ne voudrais être à la place des chirurgiens qui ont brisé ma vie, même s’ils s’en tirent, cette fois encore, sans qu’aucune faute personnelle ne soit retenue à leur encontre, je ne voudrais être à la place des experts judiciaires auxquels j’ai eu affaire, même s’ils ont réussi à rouler nombre d’autres victimes à part moi, à se remplir les poches, et même à se tailler une réputation d’expert par ce faire.

Azureine, victime de fautes médicales et d'expertises judicaires bidon

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×